Lexus RC 300H 2017


Test Drive / dimanche, février 18th, 2018

Le luxe à la japonaise: en 1989 le groupe Toyota ouvre une division haut de gamme. Très populaire aux USA, Lexus n’a pas encore réussi à s’imposer en Europe mais mon petit doigt me dit que les choses sont en cours de changement.

Intéressé par les voitures hybrides sans y connaitre quelque chose, je souhaitais tester ce type de véhicule. J’ai beaucoup entendu parler de Toyota comme étant un maître en la matière, dès lors je me suis tourné vers leur branche haut de gamme Lexus. J’y apprend que depuis 2004 elle “combine moteurs électriques et moteurs à essence en y mettant cette expérience à profit afin de vous proposer la technologie hybride intelligente, efficace et agréable à conduire.” C’est eux qui le disent!

Hybride? what is it?

Wikipedia est ton ami:

Une automobile hybride électrique est une automobile faisant appel à deux stockages d’énergie embarqués distincts pour se mouvoir, dont l’un de nature électrique1. L’architecture la plus répandue associe ce moteur électrique à un moteur thermique, généralement essence.

La nature réversible de la partie motrice électrique est maintenant quasi sous-entendue (récupération par recharge de batterie d’accumulateurs ou de supercondensateurs) c’est-à-dire la récupération de l’énergie cinétique par freinage électrique (système réversible pouvant être générateur).

Mais encore?

Le principe général de fonctionnement consiste à combiner un moteur électrique (souvent réversible en générateur) avec un moteur thermique pour propulser un véhicule.

Cette dernière phrase me suffira pour le moment.

————————

 

Invité par la marque à découvrir la gamme en Août 2017, je profite de l’occasion pour un essai de la RC 300H (la LC 500H n’était que prototype à l’époque).

 

Journée Lexus au Tennis Club de Knokke le Zoute

D’extérieur, ce coupé a des lignes qu’envie un fan de tuning du type “Fast and Furious”. Bas de caisse démesurés, calandre gigantesque et pare-chocs arrière massif… Paul Walker aurait apprécié. D’un autre côté, les contours de fenêtres chromées, calandre chromée, jantes de 19 assez bien dessinées, optiques travaillées lui donne ce côté “chic” prôné par Lexus. Cette Rc 300h semblerait vouloir manger du circuit tant elle est agressive visuellement.

 

J’ouvre la porte, regarde une très belle sellerie cuir du plus bel effet et un rappel de la même matière sur la console centrale et les portières. Par contre, le reste est en plastique digne de ma Renault Clio 2005. Pour un véhicule qui joue la carte Premium, je ne comprends pas pourquoi faire le job à moitié en mixant des matériaux de grande qualité avec le reste en low cost.

Photo réelle prise en Août 2017

Me voilà en route pour un essai de 2 heures passant des embouteillages d’une ville touristique en pleine saison aux grandes routes direction Blankenberge. Un voyant Vert signale l’usage de l’électrique à côté du compteur. En ville, dans la file des Porsche, Bentley et autres Aston Martin à 20 km/h derrière la voiture de golf immatriculée de Jocelyne revenant de la supérette Bio du coin, c’est silencieux et plutôt agréable. La voie est dégagée, petite accélération et je ne verrai plus qu’à de très rares occasions ce voyant vert. Niveau reprise, contrairement aux apparences et à la description papier vantant 223 chevaux, ce n’est pas un foudre de guerre. Le 0 à 100 km/h est annoncé en 8,6s et 190 de vitesse de pointe. Pas de quoi faire peur à même une Bmw 225 xe qui lui mettra 2 secondes dans la vue. Vous l’aurez compris, amateurs de performances, passez votre chemin. Le 2,5L Toyota 4 cylindres développe en réalité 181ch et est aidé par un moteur électrique de 143ch.

 

Pour ce qui est du confort, la voiture filtre bien les irrégularités de la route. Les sièges sont confortables et la direction assez fluide. Je prends du plaisir et avale les km les uns après les autres. Je pense à la démarche de Toyota envers sa gamme luxe et me dit que leur clientèle visée est l’homme d’affaires ou le représentant qui passe de longues heures dans sa voiture tous les jours. Je pourrais presque dire que j’y trouve des sensations assez semblables à une Mercedes Classe C coupé essayée quelques années avant.

Un coupé est souvent synonyme de places arrière anecdotiques et coffre minimaliste, pour le cas présent, la Rc300h ne se défend pas mal. L’usage de l’espace derrière les sièges avant pour 2 adultes est tout à fait envisageable. 340l de capacité de coffre, c’est amplement suffisant et équivalant à une Mercedes Classe A ou une Volvo V40.

De 50.000€ à 60.000€ suivant la finition, Lexus se place en dessous des concurrentes directes tels les Audi A5 coupé et Bmw Série 4 coupé à équipement semblable.

Pour en revenir à l’hybride, il me faudra d’autres tests ou un de longue durée pour me faire un avis. Lors de mon essai, je tournais à 7,5l de moyenne mais je sais qu’un habitué de l’hybride descendra facilement sous les 5,5l.

Prochainement je vous parlerai de mon test-drive du Lexus Rx450h et également de ma participation en passager d’un Lexus LC500 lors du Zoute Grand Prix 2017.