Renault Espace Intitiale Paris Tce 225Ch 2018


Test Drive / jeudi, juillet 19th, 2018

Depuis 1984 Renault est le leader Européen du monospace avec son modèle nommé « Espace », une voiture modulaire pour transporter confortablement passagers et bagages. Au fil des ans et 5 générations plus tard (2015), la familiale s’est embourgeoisée à tel point de devenir un véhicule apprécié par les PDG d’entreprise et également par les Présidents Français. François Hollande et ensuite Emmanuel Macron ont en effet choisi en 2017 la belle au Losange pour leurs déplacements. Lors d’événements et autres transports de VIP, il n’est pas rare de constater que les sociétés de transport de luxe fassent appel à l’Espace, spacieux, luxueux et pouvant emmener jusqu’à 7 personnes (option). Renault réussi le pari de pérenniser  son monovolume alors que les concurrents les ont quasi tous remplacés pas des SUV. On peut quand même dire que Renault fait glisser intelligemment l’Espace dans la catégorie Multi-segments Crossover.

C’est lors d’une invitation à un festival courant de l’été 2017 que j’ai la chance de monter à l’arrière d’un Renault Espace Initiale Paris, le haut de gamme. Impressionné par l’habitabilité, j’ai eu envie de le tester mais cette fois en prenant place derrière le volant. Renault Belux répond favorablement à ma demande et en juin, je profite d’une semaine en mode « Président ». 3 motorisations sont disponibles, un diesel 1.6 Dci en 130ch ou 160h et un essence 1.8 TCe 225ch. Pour cet essai, c’est le 4 cylindres 16 soupapes 1.8 Turbo essence qui me sera prêté. Ce moteur, ce n’est pas n’importe lequel puisqu’il équipe la Mégane RS (280ch) ainsi que l’Alpine A110 (252ch), de quoi tracter sans aucun problème les 1610kg de la bête.

Parlons d’abord de l’extérieur, il en impose avec ces 4,85 mètres de long et 1,88 mètres de large, une calandre avant et un logo démesuré prennent place sur la proue de l’engin. Un ligne pure, plus arrondie que par le passé, des optiques Led avant et arrière, quelques chromes, bref, le simple et chic est souvent une recette gagnante.

Une fois installé dans l’Espace, on retrouve ce design épuré du plus bel effet, une colonne centrale imposante surmontée par une tablette tactile de 8,7 pouces. Disponible uniquement en boite automatique 7 rapports et double embrayage (EDC), Renault en profite pour intégrer un levier au design futuriste qui donne à l’habitacle le look d’un avion. Le système multimédia baptisé R-Link 2 intègre le Apple Car Play, Android Auto, la reconnaissance vocale, l’info trafic en temps réel via TomTom, la cartographie 3D, un centre de contrôle de climatisation, des aides à la conduite et d’autres options telles que la personnalisation de l’ambiance. En effet, vous pourrez choisir plusieurs couleurs pour l’ambiance intérieur, c’est peut-être un peu gadget mais j’ai trouvé cette touche relativement agréable et réussie. Les sièges en cuir ventilés et au maintient parfait viennent apporter leur touche à cet atmosphère paisible. Mention particulière pour la qualité apportée aux détails, la couleur brune du cuir et les reposes tête courbés permettant un repos de la nuque m’ont particulièrement séduits. Si la couleur des sièges était plaisante, les plastiques teintés en brun ne m’ont pas autant plu, peut-être trop clairs à mon goût. Le pack Initiale Paris comprend dans sa liste d’options, la sonorisation Bose, la caméra de recul, et le siège massant pour le chauffeur: de quoi embellir les longs trajets du pilote. Pour ce qui est de la position de conduite, elle se rapproche fortement d’une berline sportive et de mon point de vue, je trouve cela nettement plus agréable qu’un SUV où l’ont perd la sensation de vitesse.

Pour garder sa réputation de familiale d’exception, les passagers ne sont pas oubliés. Climatisation et sièges chauffants font partie du package Intitiale Paris ! De la place, il y en a en suffisance, du confort également et il peut encore être amplifié par l’option (1.000€) lecteur DVD avec écrans intégrés aux 2 appuis-tête avant, de quoi plaire aux enfants. Monospace oblige, la banquette arrière est composée de 3 sièges indépendants et équipés d’un système « One Touch » qui permet de les rabattre électriquement en une fraction de seconde. Grâce à cet équipement d’origine, le coffre pourra passer de 680 litres jusqu’à 2100 litres.

Le 0 à 100 avalé en 7,6 secondes et 224 km/h maximum, la performance peut faire peur à la concurrence. Outre l’aspect sportif du moteur, il faut souligner le parfait silence de celui-ci à tel point que Renault permet d’amplifier le ronronnement du moteur par les 12 enceintes Bose en mode sport. Plusieurs modes de conduite peuvent être sélectionnés et personnalisés, de quoi pouvoir satisfaire tout le mode. L’Initiale paris est dotée de 4 roues directrices qui confèrent une tenue de route remarquable. J’ai pris plaisir à rouler avec tant le moteur a du répondant et que la direction est d’une précision chirurgicale, à aucun moment je ne me suis senti au volant d’un gros véhicule, l’Espace fait totalement oublier sa taille et sa masse. Si je devais relever un point qui ne m’a pas convaincu, c’est la boite automatique qui semblait par moment se « perdre » à haut régime. Si il convient aux routes sinueuses, il est tout aussi agile en ville, outre son moteur réactif à bas régime, c’est les assistances à la conduite qui viendront apporter le 10/10 à la Renault. Doté de toutes les technologies modernes, il est sécurisant. Les roues directrices et l’assistance au parking lui permettent de se garer dans les endroits les plus étroits avec un rayon de braquage plus court que l’ensemble de la concurrence.

A partir de 36.150€, le modèle essayé grimpe néanmoins à 50.900€ mais apportera le confort et le luxe qu’une autre marque facturerait bien plus cher. Niveau consommation, lors de cette semaine d’essai et sur plusieurs tests, ma moyenne fût à chaque fois entre 8.3L et 9.5L, mais rappelons que le véhicule était équipé d’un moteur bien puissant et que ma conduite n’était pas des plus économique.