Isuzu D-Max 1,9L 164ch 2018


Test Drive / vendredi, juillet 20th, 2018

J’ai toujours aimé les Pick-Up sans pour autant en avoir réellement essayé un. Outre les gros engins américains, il y a 2 modèles que j’apprécie visuellement : Le Toyota Hylux et l’Isuzu D-Max. Etant en contact avec Isuzu, je demande si il est possible de tester le D-Max nouvelle génération. Le spécialiste du Pick-Up depuis 1963 répond favorablement à ma demande et me voilà pour une semaine avec le D-Max double cabine en finition ultime LSE Life. Si la gamme D-Max débute à 24.200€ , celui-ci est tout de même à 38.478€.

Par le passé, ce type de véhicule était l’utilitaire parfait pour le monde agricole ou du bâtiment, muni de sa benne, il était aisé de transporter de la marchandise. Sa facilité de franchissement était un plus pour les terrains accidentés ou non carrossés. Vous me direz qu’il y a les 4X4 (communément appelés JEEP comme la marque américaine) également mais ceux-ci doivent bien trop souvent se munir d’une remorque pour transporter en quantité. Alors quoi de mieux qu’un tout en un ?

Les années passent, les lois et taxes changent, les autos deviennent chers à mettre sur la route mais les pick-up sont toujours considérés comme utilitaires avec l’avantage de ne payer qu’une toute petite taxe à l’an. De plus en plus de personnes se tournent vers ce type de transport et souvent avec de gros moteurs. Pourquoi un pick-up ? car généralement et comme celui de mon essai, il possède une banquette arrière pouvant transporter aisément une famille.

Jusque là, le seul frein à l’explosion des ventes était le design souvent « pauvre », « carré » et sans « âme ». Isuzu l’a bien compris et s’adapte à la mode actuelle dominée par les SUV. Un design devenu plus luxueux et détaillé tout en gardant les qualités reconnues depuis des décennies, c’est à dire être robuste, économique, fiable, polyvalent et avec une motricité en tout-terrain. Avec ses pare-chocs imposants et sa grosse calandre chromée, la bête de 5,29 m de long, 1,86 m de large pour 1,80 m de haut fait bonne prestance ! Pour ce qui est des données de capacité de chargement, la benne de 1,50 m acceptera 1.080 kg et une éventuelle remorque pourra embarquer jusqu’à 3,5 tonnes.

Niveau moteur, Isuzu suit la tendance de la diminution de la cylindrée (downsizing). Pour cette nouvelle génération , le D-Max est équipé d’un moteur 1,9L de 164ch. Est-il capable des mêmes performances que l’ancien 2,5L TwinTurbo de 163ch ? Honnêtement je ne saurais pas vous dire n’ayant pas testé le 2,5L mais les études faites par des experts déclarent le 1,9L plus propre et économique. Par contre je peux vous confirmer que le nouveau moteur permet de belles accélérations malgré les 2 tonnes du Pick-up (à vide), il a d’ailleurs le meilleur rapport cylindrée / Puissance de sa catégorie. En boite automatique, on a une impression d’être dans un camion lors des passages au rapport supérieur. Notez que c’est logique, Isuzu est un constructeur de poids lourds. Pour ce qui est du train roulant, sur route normale, seul les roues arrières sont motrices, une fois en terrain accidenté, nous pouvons enclencher le 4X4 par une petite molette. Sachez qu’en terrain descendant, le pick-up est muni d’un contrôle de vitesse. Pour en finir avec le moteur, sur 500 km, ma consommation moyenne était de 8,7L/100 mais sans avoir tracté, ce qui peut sembler élevé vu que Isuzu annonce 6,8L/100. Lors de cette semaine à bord du D-MAX, plus de la moitié de mes trajets étaient sur autoroute.

A présent, c’est à l’habitacle d’être passé au crible. Si les matériaux plastiques ainsi que l’assemblage n’est pas des meilleurs finitions, on va à l’essentiel et au fonctionnel, pour rappel, Isuzu se veut bon marché. Pourtant le modèle de cet essais est très bien équipé: système de démarrage sans clé, Infodivertissement Pioneer, sièges en cuir électriques et chauffants, climatisation, régulateur de vitesse, 6 airbags, rétroviseurs électriques et chauffants … ça me rappel le Dacia Duster 2018 qui était dans le même état d’esprit, low cost mais loin d’être basique. Niveau habitabilité, il y a de l’espace autant à l’avant que l’arrière. Comme dans un 4X4 classique (pas SUV), je m’attendait en roulant à avoir un confort rudimentaire ainsi que l’impression de sautiller dans mon siège, il est agréable de constaté que ce n’était pas le cas. Malgré tout je dois reconnaître que l’assise me semblait assez dur et que je n’ai pas trouvé de bonne position pour me caler dans le siège. Pour la banquette arrière, celle-ci possède 2 atouts non négligeables, elle est rabattable pour un chargement supplémentaire et le dossier est inclinable sur 24 degrés.

Avec 400.000 unités vendues par ans dans le monde entier, le Isuzu D-Max est reconnu pour ses qualités malgré un tarif bas, d’ailleurs Géneral Motor utilise son châssis pour les marques Chevrolet et Holden. Pour ma part, j’ai apprécié la sensation d’être à bord d’un bulldozer que rien ne peut arrêter, par contre je ne suis pas certain de vouloir rouler tous les jours avec car c’est encombrant et pas adapté aux longs trajets.