Peugeot 3008 1.2 PureTech 130ch


Test Drive / samedi, février 2nd, 2019

Je dois avouer que la marque française au félin n’était pas dans mes préférées avant ce test, quelques modèles du passé me plaisaient mais ils n’étaient pas nombreux, la 106, la 206, la 406 coupé, la RCZ et … c’est tout ! Ces dernières années, il y a eu du changement, j’ai l’impression que depuis la regroupement de Opel , Citroen et Peugeot le lion rugit de plus belle. Apparu en 2009 le 3008 se classe directement dans les meilleures ventes de la marque. Ni petit, ni grand, à mi chemin entre monospace et SUV, beaucoup trouve en lui un bon compromis niveau habitabilité et facilité de conduite dans les villes. Pour ce qui est du design extérieur la version 2009 était très sage et en manque de charme. Conscient que pour attirer de nouveaux clients il faudra donner un bon coup de crayon au design pour en en faire un réel SUV moderne, en 2017 sort le 3008 phase 2.

On a du mal à trouver la filiation entre la première et la deuxième version, plus agressive et futuriste si j’ose dire. Une face avant imposante, une ligne de ceinture de caisse relevée sur l’arrière et des feux arrières en 3 bandes sont les grandes caractéristiques extérieures de la nouvelle génération. Son style ne laisse pas indifférent et le milieu de l’automobile l’élit voiture de l’année 2017. Incontestablement, le design de cette nouvelle génération 3008 est une pure réussite.  4,45m de long pour 1,84m de large, le Crossover urbain de chez Peugeot ne fait que 1,62m de haut. Des mensurations à peine plus généreuses qu’une petite berline.

Si l’extérieur vend du rêve, une fois assis à bord, on sent la modernité d’un cockpit tourné vers le conducteur. Un petit volant déstabilisant les premiers tours de roues mais on s’y habitue vite. Le poste de pilotage comprend une instrumentation i-cockpit incroyablement belle et modulable à souhait. Associé à un éclairage d’ambiance intérieur bleu, l’ensemble ne fait qu’augmenter une sensation de qualité et noblesse perçue à la vue des matériaux ornant le tableau de bord et les portières. Soigné et accueillant sont les mots qui me sont venus à la découverte de l’habitacle. Un écran 12.3 pouces tactile surplombant une console centrale équipée de touches « piano », un levier de vitesse surélevé: nous voilà paré à dévorer les kilomètres.

Posé sur la plate-forme de la dernière 308, le châssis léger et moderne est surélevé pour offrir une position de conduite rassurante avec en point de mire le long capot. Ce centre de gravité élevé va vite révéler un dynamisme et un plaisir de conduire qui n’est pas toujours présent chez les Crossover.

Après quelques kms, on sent la légèreté du véhicule (1270kg) qui relance son moteur 3 cylindres 1.2 PureTech de 130 chevaux sans aucune difficulté. Si à bas régime il ne se fait pas entendre, passé les 4000 tours le turbo rugit mais sa sonorité est plutôt agréable à entendre. Le modèle essayé lors de cette semaine était équipé d’une boite de vitesse à 6 rapports un peu dur, il m’a fallu un petit temps d’adaptation afin de passer mes rapports correctement. Dur, c’est aussi le mot pour qualifier l’assise: une position au top et des sièges enveloppants bien le corps mais qui m’a rappelé certains tests effectués avec Opel. En effet, lors de mon essai de l’Opel Moka, j’avais souligné la dureté des sièges en points négatifs. Dans cette 3008, cela m’a semblé moins pénalisant grâce au très bon travail des suspensions.

Ici en finition GT line, cette 3008 joue les sportives familiales. Quel plaisir d’enchaîner les routes sinueuses à son bord. Il m’est rarement donné l’occasion d’avoir autant la banane au volant d’un SUV. Pour ce qui est du « hors piste », je n’ai pas eu l’occasion de tester, de toute façon c’est une 2 roues motrices et ses terrains de jeux principaux sont les villes et ses embouteillages. Niveau consommation, Peugeot annonce 5,3L de moyenne, malheureusement lors de ma semaine, je consommerai entre 7,3L et 7,5L.

La technologie à bord n’est pas en reste: freinage automatique d’urgence, régulateur de vitesse adaptatif dans la circulation, Appel carPlay ou Android Auto… Cette Peugeot est équipée comme une grande ! S’il y a bien une option utile sur la 3008, c’est le VisioPark 2 (600€). Cette caméra 360° du véhicule se révélera pratique pour combler la mauvaise vision arrière et l’important angle mort lors de manœuvres.

Après le ressenti du chauffeur, place aux passagers et à la banquette arrière. Si les places arrières paraissent cocooning avec un ciel de toit bas,elles sont tout à fait envisageables également pour des personnes de grandes tailles, la zone arrière est spacieuse, la places aux jambes est dans la moyenne. Si la banquette n’est pas des plus modulables, le coffre bénéficie tout de même de 520l et 1482l une fois rabattue. Pratique avec un plancher deux positions, le coffre permet d’embarquer une poussette et plusieurs bagages en toute tranquillité. Notons, l’ouverture au pied possible en option pour 850€. Vous souhaitez tracter? Pas de soucis, malgré son petit moteur, le 3008 en est capable. Un attache remorque rétractable est disponible.

Parlons prix à présent, dans sa finition GT Line et déjà très bien équipé, comptez minimum 32.000€. Nous sommes bien d’accord que par rapport à certains concurrents du marché tel le Seat Ateca, ça peut sembler cher. Mais après ce test, j’ai réalisé au combien Peugeot était en avance sur son temps et présente dans un Crossover urbain une technologie haut de gamme. Notez que si vous êtes tombés amoureux du design de cette Peugeot, une entrée de gamme est disponible à partir de 25.420€.

Après cet essai sans langue de bois, je dois bien avouer que j’ai eu très dur à rendre ce 3008 tellement j’en suis tombé sous le charme.