Volvo XC40 D3 2019


Test Drive / dimanche, mai 19th, 2019

Avec son style géométrique bien à lui, le Volvo XC40 est le premier SUV Compact de la marque Suédoise et le tout premier modèle du constructeur à remporter le prestigieux prix de la Voiture européenne de l’année en 2018. Son style personnel, plus osé que ses grands frères les XC60 et XC90 ne peut vous laisser indifférent. Si la maison mère est en suède, c’est à Gand, en Belgique que le XC40 est assemblé. D’abord vendu uniquement en 4X4 et à un prix relativement élevé, Volvo ajoute au catalogue des motorisations moins puissantes et déclinées en simple traction. Dans le paysage automobile actuel ces nouveautés sont les bienvenues et permettent une baisse de prix du véhicule de base. Il n’y a qu’à regarder la liste des prix pour prendre conscience de la différence: le moteur D4 190ch Momentum est proposé à 43.000€ alors que le D3 150ch n’est qu’à 35.950€ en boite automatique. Le SUV que j’ai eu la chance de tester était une D3 150ch mais en 4 roues motrices et avait quelques options. Le XC40 est le premier véhicule basé sur la nouvelle plate-forme CMA (Compact Modular Architecture), une architecture sur laquelle reposera tous les futurs modèles de la gamme 40. Le fait d’avoir une base commune va permettre à Volvo de faire des économies et ainsi d’être encore plus concurrentiel par rapport aux autres marques Premium.

Un 2.0L de 150ch est-il suffisant pour un SUV avoisinant les 1.700kg ? Je vous réponds tout de suite que oui tellement j’ai été bluffé par le moteur pour une utilisation autant en ville que sur autoroute. Accouplé à la boite automatique Geartronic 8 vitesses, le moteur est confortable et permet des reprises dynamiques grâce à un couple de 320Nm à 1750 Tr/min. Par contre, j’ai trouvé que lors de ralentissements plus brusques, les vitesses tardaient à redescendre, ce qui avait tendance à faire perdre du punch à l’auto. J’ai également été déstabilisé par le fait qu’on doit passer par Neutre avant de pouvoir enclencher la marche arrière, j’ai trouvé ça étrange surtout que ce n’est pas le cas dans d’autres Volvo. Tous ça étant dit, on s’y habitue très vite et ça n’empêche pas que j’ai vraiment apprécié aligner les kilomètres des autoroutes aux chemins de campagne en passant par la ville.

Sur la route, le XC40 se révèle être très confortable, les suspensions souples filtrent les irrégularités de la route même chaussés de jantes 19″ (option à 600€). Le moteur se fait très discret au point qu’à bas régime on se demande si il tourne toujours. Niveau insonorisation,  le 4 cylindre ne se fait pas entendre et il en est de même de l’environnement extérieur. L’habitacle ne souffre d’aucun bruit parasite.

L’environnement intérieur du SUV scandinave fait la part belle au confort de ses occupants. L’ambiance y est haut de gamme avec un système son Harman Kardon, un écran de 12,3″ au niveau des compteurs ainsi qu’une tablette tactile verticale de 9″. Pour épurer un maximum le tableau de bord, il ne reste que quelques boutons, tout se retrouve dans le système multimédia. Simple et sans fioritures, la planche de bord est séduisante avec des inserts en aluminium du plus bel effet. La sellerie est ferme mais les sièges ont une bonne ergonomie et un excellent maintient. Pour la banquette arrière, l’assise est courte avec un espace généreux pour les jambes des passagers. Si l’arrière permet 3 assises, il faut avouer que la place centrale est très étroite. L’habitacle est pratique avec une multitude de rangements: par exemple, le bas des portières contiennent un grand espace de stockage, là où en général les constructeurs placent les baffles. Pour l’arrière, des filets au dos des sièges avant peuvent se révéler pratique pour y mettre de quoi faire patienter les enfants sur de longues distances et des diffuseurs d’air réglables sont également de la partie pour satisfaire nos passagers. Du confort, il en a à revendre ce « Petit » Suv !

4 modes de conduite sont disponibles: Confort, Dynamique, Eco ou Offroad sur les versions 4×4 mais il est juste dommage qu’au démarrage de la voiture, le mode préférentiel du conducteur n’est pas mémorisé. Pour ma part, j’aurais souhaité rouler en Eco la plupart du temps, mais j’oubliais de le sélectionner. Sur la route, le Xc40 D3 se comporte merveilleusement bien. Le véhicule est facile à placer sur la bonne trajectoire et tient bien le cap même si on le retranche dans ses limites en enchaînant des routes sinueuses. Il y a tout de même 2 bémols à la conduite, la visibilité de 3/4 arrière présente un trop grand angle mort dû au montant de carrosserie très large entre la portière et le hayon. Autre souci rencontré, c’est au niveau des assistances de conduite un peu trop intrusives dans certains cas, le détecteur de collision peut croire à un freinage d’urgence quand une voiture est garée dans un tournant. Je peux vous dire que la première fois cela m’a bien saisi ! Bien-sur, il est possible de le désactiver, mais comme pour le mode de conduite, au démarrage il va de nouveau s’enclencher puisque les préférences conducteur ne sont pas retenues.

Pour en finir avec ce beau petit Suv de 4,42m, le coffre a une capacité de 460L et se situe donc dans la moyenne inférieur du segment tout en restant correct. Si c’est pour favoriser l’habitabilité des passagers arrières, personnellement je trouve le compromis très judicieux. Notons au passage que le plancher est réglable en hauteur, ce qui permet de charger aisément les courses dans le coffre sans devoir s’abaisser. Pendant cette semaine à son bord, je n’ai cessé de vanter le XC40 D3 comme l’un des meilleurs Suv compact que j’ai essayé. Evidemment il n’est pas parfait, mais à l’heure actuelle et après énormément de tests, je ne pense pas avoir trouvé mieux en rapport qualité/prix excepté peut être le Mazda CX5 . Pour ce qui est de la consommation, sans doute pénalisée par les grosses jantes, ma moyenne réalisée est de 7,1l/100km. Un résultat raisonnable par rapport à la concurrence que j’ai pu tester jusqu’à présent.